jeudi 31 décembre 2015

Verjine Gulbenkian Maternity Hospital


Verjine Gulbenkian Maternity Hospital 

NEW YORK – With over 80 years of service dedicated to the Armenian nation, the Verjine Gulbenkian Maternity Hospital has been a blessing to Syrian Armenians, and, in particular, to Aleppo Armenians. This was especially true for the scattered remnants of the Armenian deportees, who, after experiencing the bitter fate of the Genocide, were able to form new families on the hospitable soil of the Syrian homeland.
 
 
Gulbenkian Maternity Hospital
 
The maternity hospital became a place for childbearing which served all without discrimination—without attention to religious denomination or politics. Multiple generations were born in this maternity hospital and today they recall the great charitable work conducted there with reverence.

Unfortunately, due to the consequences of the Syrian conflict, the Verjine Gulbenkian Maternity Hospital, along with other Armenian institutions, was forced temporarily to close its doors. The Gullabi Gulbenkian Foundation’s maternity hospital is in a comparatively more peaceful geographical area in a quarter with a large Armenian population. On the other hand, the Armenian home for the aged was bombarded and experienced damage. Consequently, over the past few years the maternity hospital has been providing a temporary safe shelter to the displaced elderly residents.

On December 25, 2015, the board of directors of the Gullabi Gulbenkian Foundation announced to all Aleppo Armenians that the Verjine Gulbenkian Maternity Hospital, a charitable institution, will once again return to its original mission, by reestablishing the first floor of its building as a hospital ward. Also, through the decision of the board of directors of the Gullabi Gulbenkian Foundation, while giving temporary shelter in its complex, it will continue to keep its doors open to the elderly until the resolution of this tragic conflict allows their return to the Armenian home for the aged.

Ohannes Ohannesian, the authorized representative of the Foundation in Aleppo, will soon initiate the preliminary work needed to restore the maternity hospital to its original splendor, so that it may resume admitting expectant mothers.

The reopening of the Gulbenkian Maternity Hospital will provide hope, security, stability and employment to the residents of Aleppo.

The Aleppo-Armenian community will soon receive notices of further developments regarding the Verjine Gulbenkian Maternity Hospital. Until then, the Gullabi Gulbenkian Foundation wishes the Republic of Syria and all Aleppo Armenians a wonderful New Year and lasting peace.
 
Board of Directors of the Gullabi Gulbenkian Foundation
 

lundi 21 décembre 2015

La tactique de l'horreur de Daesh

La tactique de l'horreur de Daesh


par Nikos Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras
21.12.2015
En stratégie, à partir des observations précises de Clausewitz sur la guerre, et surtout pour son caractère caméléonien, nous pensons que le plus naturel est la guerre et quand elle fait des pauses que nous appelons cela la paix tandis que la société nous impose arbitrairement le contraire. 
Cela ne surprend pas celui qui traite de questions stratégiques, car il reconnaît continuellement dans le cadre de la réalité historique des schémas mentaux stratégiques qui n’existent pas pour la société. Mais actuellement, même la société la plus libre ou la plus apathique, est forcée d'accepter que nous nous trouvons dans une phase de guerre avec la question du terrorisme qui provient de l'organisation Daesh et elle commence à accepter qu'il y ait une approche différente et qu'il ne s’agit pas seulement d’un autre phénomène semblable aux précédents. 
Cette organisation a pour but un crime contre l'humanité, et si nous ne l'arrêtons pas, elle commettra un génocide sous nos yeux sans que les sociétés de l’indifférence ne s’en rendent compte. Pour créer un état, cette organisation est prête à n’importe quel sacrifice et catastrophe et ce, à différents niveaux de cruauté contre des bébés qui souffrent de maladies, pour la manipulation des enfants, pour des atrocités commises contre les hommes, pour la poursuite des ennemis, la destruction de villages, par appauvrissement économique par empiètement territorial, par des tentatives violentes et des suicides, de manière à causer des dommages, en particulier, dans des populations qui ont des religions différentes, développer une rivalité et que celle-ci permette un engagement des éléments les plus extrémistes dans sa région et modifier les données démographiques. 
Donc, tout retard de notre part, aggrave la situation pour des peuples innocents qui n’ont pas de protection.

jeudi 3 décembre 2015

THE GREETING ADDRESS OF DR. HAYK S. KOTANJIAN TO THE 7TH ALL-RUSSIAN CONGRESS OF POLITICAL SCIENCE



THE 60TH ANNIVERSARY OF THE RUSSIAN POLITICAL SCIENCE ASSOCIATION: 1955 – 2015 THE 7TH ALL-RUSSIAN CONGRESS OF POLITICAL SCIENCE, 
NOVEMBER 19-21, 2015: MOSCOW

THE GREETING ADDRESS OF THE CHAIRMAN OF POLITICAL SCIENCE ASSOCIATION OF ARMENIA DR. HAYK S. KOTANJIAN TO THE 7TH ALL-RUSSIAN CONGRESS OF POLITICAL SCIENCE ON BEHALF OF THE POLITICAL SCIENCE ASSOCIATIONS OF THE NEW INDEPENDENT STATES



Dear Madam Chair,
Dear Colleagues,


On behalf of Political Science Association of Armenia and – as it was kindly offered to me – on behalf of sister Associations of the New Independent States I have the honor to extend brief greetings to the participants and guests of the 7th All-Russian Congress of Political Science.

The reality in our field of Political Science viz. Strategic Security Studies is that in our research and applied-academic developments the number of new threats and their various configurations is growing. In this situation we have to academically understand the ways of promoting the dialogue and cooperation under the hardly predictable hybrid forms of armed struggle.

Responding to one of the main topics of the All-Russian Congress of Political Science, I am pleased to note that at the dawn of the US “reset policy” in 2010 I happened to be the academic consultant of the “US-RUSSIA Strategic Dialogue” at John F. Kennedy School of Government of Harvard University involving the leading Russian and American Generals as well as strategic analysts that enables to professionally follow the current dynamics of this process. Since 2014 the subject of our special attention has been the alarming deterioration of relations between Russia and the West, which according to a number of leading international experts led to the threshold of a “new-generation Cold Peace-War”. We can admit that this situation adversely affects the promotion of security interests and development of all respected states and organizations represented in our Congress. Let me express confidence in our professional community’s clear understanding of the fact that the constructive systemic reset of international relations with the resumption of the dialogue between Russia and the West stems from the interests of security and sustainable development of all international entities.

The problem of filling the reset of these relations with a new meaningful content accompanied by the understanding of ways of comprehensive development of cooperation in the economic, political, military, communications and other fields becomes urgent due to the globalizing terrorist threat under a scenario with the clash-of-civilizations symptomatic features  – presented years ago by our distinguished colleague from Harvard, Professor Samuel P. Huntington. These catastrophic symptoms are evidenced by the crash of the Russian aircraft blown down to pieces over Sinai, terrorist attacks in Paris, Syria, Iraq, Lebanon, Israel, Afghanistan, and other countries all across the Globe.

The conflicting relationships between millions of migrants and local population of Europe – in connection with the problem of their cultural compatibility and conflicting divergence of their demographic dynamics – warn of value preferences and lifestyles lurking in the depths of this clash.

It should be particularly noted that recently emerging positive messages directed to the improvement of relations between Russia and the West in the context of convergence of positions in the fight against “Islamic State” allow us to hope that the dialogue’s resumption – based on the rethinking of the content and mechanisms of international cooperation and consolidation of leading actors’ efforts in confronting the challenges of terrorism threatening the outbreak of a global conflict among civilizations – could be the basis for preventing an impending crisis in the global security system and shaping a new more secure world order.

In this regard, let me run the errand of the Board of our Association and read an excerpt from its Address to His Excellency the President of the Russian Federation Mr. Vladimir Putin and His Excellency the US President, Mr. Barack Obama, adopted in October 2014: - CIT. – The Political Science Association of Armenia has the honor to request that you take the steps necessary to return to the “reset” policy. Undoubtedly, the states you lead possess a huge professional resource to ensure and implement the policy of rapprochement, as well as historical experience of conflict resolution between the two nuclear powers. Modern trends in the rise of global confrontation make the interaction of your states within the UN Security Council – based on principles of trust and prevalence of global security interests necessary than ever. In addition, the Association urges you to make use of the acquired and reviewed mechanisms of interaction between your states within the OSCE – an organization drawing together the interests of the Russian Federation, the United States of America and the European Union, as well as a number of countries that share the universal values ​​of security and cooperation. In the context of the contemporary development of the confrontation potential in Europe, the intensification of the cooperation within the OSCE is first of all necessary from the point of view of the leading role of the powers headed by you as the guarantors of the Pan-European security” (Europe et Orient, jeudi 9 octobre 2014, IT IS STILL NOT TOO LATE TO AVOID A GLOBAL CATASTROPHE”,
 http://europeetorient.blogspot.am/2014/10/it-is-still-not-too-late-to-avoid.html).

I am sure that our discussions within our Congress – synthesizing political-science knowledge and art of its application in political-diplomatic, economic, military, and communications practice – will help us to find appropriate solutions that can provide new impetus to the development of political science and increasing its critical “smart-power” influence on successful joint normalization of interstate relations’ climate in the system of global security – given the very dangerous explosiveness of this period of time. 

Let me wish us all a fruitful work.

Thank you.

Major General Hayk S. Kotanjian, Doctor of Political Science (RF), Professor, Counterterrorism Fellow (USA), Head of the Institute for National Strategic Studies, MOD, RA

mercredi 18 novembre 2015

Retour de Syrie



Retour de Syrie

J’étais à Damas vendredi soir avec une importante délégation française composée notamment de cinq députés courageux et de quelques représentants non moins courageux de la « société civile », tous concernés par la situation de la Syrie aux avant-postes de la guerre contre « l’état islamique », quand est tombée la cascade de nouvelles tragiques nous parvenant de Paris où « Daech » venait de déclencher une suite d’attentats terroristes sans précédent contre la France et le peuple français.
Cette attaque terroriste, nous savions tous qu’elle aurait lieu, mais nous n’en connaissions bien sûr ni l’heure ni le lieu, ni la forme ni l’ampleur qu’elle prendrait.
Le lendemain matin, la délégation française qui était arrivée en Syrie le mercredi précédent afin de s’informer sur le terrain de la situation, notamment celle des minorités chrétiennes, a été reçue dans un climat de grande franchise par le président Bachar El Assad en personne.
Avec gravité et simplicité, celui-ci nous a présenté ses condoléances à l’intention des familles éprouvées et du peuple français ; il nous a dit aussi que nul n’était mieux placé que lui pour comprendre le drame que constituaient ces attaques faisant tant de victimes innocentes, tant la Syrie est en effet elle-même confrontée depuis cinq ans à des tragédies quotidiennes de cette nature.
Ce voyage en Syrie nous aura permis de rencontrer la quasi-totalité des autorités religieuses, du grand Mufti de Syrie au représentant du Patriarche syriaque-orthodoxe en passant par le Cheikh Hekmat Al Hajri, chef spirituel des Druzes de Syrie, mais aussi des autorités politiques du pays, du président du Conseil du Peuple syrien (l’équivalent de notre Assemblée nationale) au président de la République arabe syrienne, en passant par un ou deux ministres ainsi que de nombreux députés, appartenant à toutes les confessions.
Il nous aura aussi permis de rencontrer de nombreux représentants de la société civile (dont de nombreux chrétiens), le président et les membres de la Chambre de commerce syrienne, des dirigeants de sociétés, des médecins et chirurgiens, le directeur des musées de Syrie…etc.
Enfin, nous aurons effectué trois visites très particulières :
- Celle du village martyr de Maaloula, à 60 kilomètres au nord-est de Damas, où les habitants chrétiens ont été attaqués, violentés, chassés par les hordes sauvages du groupe islamiste Al Nosra qui en ont pris le contrôle de longs mois durant, de septembre 2013 à avril 2014, tuant, assassinant, pillant, brûlant, enlevant même des religieuses, mais aussi des jeunes chrétiens (trois d’entre eux, s’ils sont toujours en vie, sont toujours aujourd’hui entre leurs mains).
Ce que j’ai vu à Maaloula, les graves dommages causés aux très anciens monastères de Saint Serge - Saint Bacchus et de Sainte Thècle, les icônes volées ou bien dégradées par haine du christianisme, les souffrances infligées aux habitants par ces nouveaux barbares …m’a rappelé étrangement ce que j’ai moi-même vu au Kosovo et Métochie en 1999 où l’UCK persécutait les moines et moniales orthodoxes et brûlaient leurs monastères et leurs églises, tuait, enlevait, torturait les civils serbes, cherchant obstinément à faire du passé table rase.
Réaliser, comme nous l’ont rappelé les chrétiens rencontrés sur place, que ce fameux groupe islamiste Al-Nosra n’est autre que celui que le gouvernement français a choisi de soutenir en lui fournissant armes et munitions a de quoi susciter quelques interrogations très fortes !
Comment avons-nous pu, nous la France, nous fourvoyer de cette sorte ?
Au nom de quelle cause, au nom de quel principe avons-nous pu ainsi aider ces barbares, ces terroristes qui s’en prennent aux populations innocentes, de préférence d’ailleurs quand elles sont chrétiennes ?
Il faudra bien que des réponses claires soient données un jour.
Pour la vérité de l’Histoire et l’Honneur de la France.
- Et puis, nous avons visité l’hôpital militaire de Tichrine à Damas. Le plus grand hôpital militaire du pays. Nous y avons vu de nombreux blessés, rescapés des rudes combats que mène l’armée syrienne contre les bandes islamistes, qu’elles se revendiquent d’Al-Nosra ou de Daech, peu importe d’ailleurs, car comment en effet faire la différence « entre bonnet vert et vert bonnet » ?
Nous y avons vu ces jeunes conscrits syriens dont certains sont dans leur cinquième année de service, marqués dans leur chair, devenus infirmes pour certains, mais tous frappés dans leurs âmes et dans leurs esprits par les horreurs auxquelles ils ont été confrontés.
Nous y avons vu aussi les bien tristes résultats de l’embargo pratiqué sur les médicaments et autres matériels médicaux indispensables au diagnostic et traitement des blessés de guerre…
- Enfin nous nous sommes rendus à l’hôpital français de Damas, l’hôpital Saint Louis, dirigé par une jeune religieuse libanaise à la Foi rayonnante, soeur Lamia, et servi par une équipe exceptionnelle de médecins, de religieuses, d’infirmières et de personnel de soutien.
Cet hôpital est situé à quelques centaines de mètres du réduit islamiste du quartier de Jobar. Il en reçoit régulièrement son quota d’obus.
Mais surtout, dans une ambiance de tension extrême, d’où la conscience du danger n’est jamais absente, il fait un travail extraordinaire, avec de quasi bénévoles, dans un état de grand dénuement en médicaments et produits de première nécessité… Il sauve, traite, soigne, en particulier des enfants, de toutes confessions.
Mais il faut reconnaître que les enfants chrétiens sont particulièrement nombreux parmi eux. Il faut dire qu’Al-Nosra les vise tout particulièrement, comme ce jeudi dernier 12 novembre où une attaque à la bombe est déclenchée contre un bus scolaire transportant des écoliers quittant leur école. Bilan : 27 enfants morts ou blessés, estropiés à vie, ayant qui perdu deux jambes, qui perdu un oeil, du fait des attaques terroristes de ces barbares… mais qui donc cela intéresse-t-il ailleurs qu’en Syrie ?
En remettant en perspective cette visite de quelques jours en Syrie, confrontés à la réalité de sa situation, mais aussi de la nôtre aujourd’hui en France, il ressort clairement quelques enseignements élémentaires :
D’abord que notre politique étrangère, anti-syrienne et anti-russe, totalement inféodée aux États-Unis et à l’Union Européenne son fidèle vassal, est totalement à revoir.
C’est dans le nord de la Syrie et de l’Irak que se situe aujourd’hui « l’empire du Mal ». C’est donc là que nous devons frapper : à la source.
Mais jusqu’à présent notre obstination à vouloir frapper Daech (d’ailleurs assez timidement lorsqu’on compte le nombre d’interventions sur un an de notre aviation de chasse : moins de 260, pas même une par jour !) tout en soutenant activement Al-Nosra afin de faire chuter à tout prix le régime syrien, a surtout souligné notre grande incohérence !
Les Russes depuis le début de leur intervention récente, parce qu’ils sont déterminés et qu’ils y mettent les moyens (40 sorties/ jour en moyenne), mais aussi parce que leur aviation agit en coordination avec les troupes au sol, celles de l’armée syrienne et celles de ses alliés iraniens et du Hezbollah, ont une efficacité de très loin supérieure.
Les faits sont là :
En un an d’intervention alliée en Syrie et en Irak, Daech a continué à progresser et à s’étendre inexorablement.
Seule l’intervention russe, en trente jours, a enfin fait reculer pour la première fois les barbares.
Il serait donc temps d’en tirer les leçons et de se décider à rejoindre les Russes et d’apporter sans états d’âme un soutien franc et entier à l’État syrien dans sa lutte contre le cancer islamiste.
Certes cela nécessitera un certain courage : celui de modifier sensiblement nos alliances en commençant par mettre de la distance entre les monarchies pétrolières du Golfe, Qatar et Arabie Saoudite, fermes soutiens des terroristes et nous.
Et en osant dénoncer le double jeu de la Turquie d’Erdogan auquel Daech doit tant.
Il serait temps de constituer une seule et même coalition sincère et unie contre l’islamisme, cette forme moderne des grandes invasions barbares.
Ensuite, et tous nos interlocuteurs nous l’ont demandé instamment, il s’agit de mettre un terme, par tous les moyens, aux flux migratoires, qui en submergeant l’Europe, vident la Syrie et l’Irak. Pour cela, il faut bien évidemment éradiquer
Daech, afin de ramener la paix et la concorde dans les régions que le califat a dévastées ces dernières années. Mais il faut aussi simultanément fermer nos frontières, refuser le principe même des immigrés clandestins et cesser de vouloir à tout prix en faire des « réfugiés politiques ». Cela nous a été demandé avec insistance par ces responsables conscients des grands troubles que ne manqueront pas de créer le laxisme et les atermoiements actuels.
Enfin, il faut parallèlement mettre un terme à l’islamisation de la France. Et ce n’est pas la soi-disant « laïcité républicaine » qui sera à même de le faire.
Celle-ci a en effet d’ores et déjà échoué. Elle a en effet montré combien elle n’est pas neutre, mais systématiquement déséquilibrée, en faveur bien entendu de l’islam, sans doute au nom d’une certaine volonté d’accueil, généreuse, mais follement utopique, et dangereuse.
Il n’y a pas de laïcité qui fonctionne sans référence claire à une identité. Or celle de la France est chrétienne, n’en déplaise à certains hiérarques au pouvoir.
La France doit donc retrouver et assumer sans complexe son identité et sa culture chrétienne, son héritage judéo-chrétien, ses racines gréco-romaines. La défense de notre civilisation est à ce prix. Elle doit être réaffirmée pour être mieux défendue. La nature a horreur du vide ; du vide spirituel et culturel comme du reste.
Ce sont nos interlocuteurs syriens, les chefs religieux en particulier, qui nous ont recommandé le retour à notre identité comme meilleure garantie face à la décomposition de l’État, de la Nation et de la Patrie.
Alors halte au prosélytisme islamiste financé par nos pseudo « alliés » saoudiens, qataris ou turcs, halte aux minarets et aux écoles coraniques. Halte à la colonisation de notre pays. Accueillons en nombre raisonnable avec humanité ceux qui souhaitent s’intégrer sans faux semblant et arrière-pensées. Mais raccompagnons sans faiblesse dans leurs pays d’origine ceux qui ne veulent ni ne peuvent s’intégrer. C’est parmi eux que se trouve l’avant-garde du terrorisme islamiste dans notre pays, qui sera bientôt rejointe si nous n’y mettons bon ordre, par les djihadistes infiltrés parmi les flots d’immigrés.
En Syrie comme en France, le combat est même : il s’agit du combat sans merci que livrent les nouveaux barbares au monde civilisé pour le détruire et imposer leur loi infâme.
La Syrie de Bachar El Assad n’est certainement pas parfaite. Mais la France de François Hollande l’est-elle seulement ?
L’ennemi est commun, il est un et un seul. Son nom peut changer, mais il s’agit du fondamentalisme wahhabite, que j’ai déjà personnellement vu à l’oeuvre sur le sol européen au Kosovo il y a quinze ans et qui continue d’y prospérer sous l’oeil bienveillant des États-Unis et de l’Union Européenne.
Il est temps d’ouvrir les yeux, de prendre conscience des graves dangers qui menacent les générations à venir. Celles de nos enfants et de nos petits-enfants.
Un sursaut est encore possible.
Comme l’a écrit récemment Philippe de Villiers, « il n’y a plus ni précaution à prendre ni personne à ménager. Il faut que les Français sachent ».
Je souhaite que le sacrifice de tous ces morts et blessés innocents, de Beyrouth, de Damas ou de Paris, ne soit pas vain. Je souhaite qu’il permette une prise de conscience amenant nos dirigeants à un sursaut salutaire, pour la défense de notre civilisation, de nos libertés, sans laquelle la vie ne vaut rien.
Colonel Jacques Hogard
Paris le 16 novembre 2015

jeudi 29 octobre 2015

FORMULA TO EASE FRONTLINE TENSION in KARABAKH

RUSSIAN EXPERT PROPOSES FORMULA TO EASE FRONTLINE TENSION


   
10.09.15


In an interview with Tert.am, Vladimir Yevseyev, Head of the Caucasus Department at the Moscow-based CIS Institute, expressed his strong concerns over Azerbaijan’s recent heavy armed raids against Armenian civilians in the border region Tavush, calling for mutual efforts to push back armaments from the frontline. The expert said he thinks that Russian Foreign Minister Sergey Lavrov’s recent trip to Azerbaijan and his talks with President Ilham Aliyev was part of such efforts.


To what extent do you consider a war scenario possible?


My strong concerns are over the sharply intensified military operations by the Azerbaijani army. What’s even worse, the shells and artillery raids targeted not only Armenian defense positions but also villages that were in peace. The resulting casualties that saw five civilians wounded demonstrate that Azerbaijan has started “working” also towards the civilian population. As military experts say, the multiple rocket launchers used against civilians were supplied by Turkey. In such circumstances, I think, there is a possibility of conflict expansion. So in this context, I have to highlight the increasing capacity of the weapons used. While in August last year, [the weaponry] used involved only high-caliber machine guns, they now also use tank systems, mine, throwers and multiple rocket launchers. So we observe a more active use of heavy armament. I don’t think a large-scale war could be at issue at the moment, but there is obviously a threat of a conflict expansion.

Therefore, in principle, I call for both Armenia and Azerbaijan to consider pulling back the heavy armament from their defense positions, as did the [troops] in Donbas. If that isn’t done, the likelihood of a larger-scale Armenian-Azerbaijani conflict will increase, leading up to a local military conflict. 


So what to do to pull back the armament?


There are different armament systems with different fire distance capacities. When the agreements over Donbas, Eastern Ukraine, were under way, different distances were identified, depending on the type and caliber of the arms supply. Therefore, I think, it is important to revise the armaments’ locations. The most complicated problem here has to do with the side responsible for approval given that there isn’t any trust between the parties. So if any side approved the armament pullback, that would promote at least a higher degree of trust.


Before Armenian President Serzh Sargsyan’s visit to Moscow, the dominant opinion among many experts was that agreements would Russia’s interventions would pave way to new agreements between Armenia and Azerbaijan. Do you think those agreements have been reached? And what’s Russia’s role in this as a peace-maker?


It is difficult for me to say what points were agreed on. But we need first of all a trilateral dialogue involving Armenia, Azerbaijan and Russia. 


But Mr [Sergey] Lavrov was in Baku before that.


I understand what you mean. But while [Foreign Minister] Lavrov was in Baku, [Armenian President] Serzh Sargsyan had a meeting with [Russian President] Vladimir Putin. So these are different levels. I personally believe that there must also be a fourth side involving representatives of Stepanaket, to whom [the negotiators] seem to always turn a blind eye. That’s wrong as it [Nagorno-Karabakh] is a side involved [in the process]. It is, of course, good that they [the international mediators] conduct negotiations, but there has to be a higher degree of participation.


http://www.tert.am/en/news/2015/09/10/nevseev-2/1786024

mardi 27 octobre 2015

Selon que vous serez puissant ou misérable...



Selon que vous serez puissant ou misérable... 


Par Armand Sammelian


Qu’on y prenne garde !
Cela fait un siècle que le peuple arménien vit avec ses martyrs sans trouver la paix et il est clair que la décision inique de la Cour de Strasbourg prise le 15 octobre 2015 par 10 voix contre 7 en faveur du négationniste Perinçek au titre de la liberté d’expression, ne fait qu’ajouter à l’offense et créer des dégâts considérables dans la reconnaissance du génocide arménien.

Car derrière le vice se parant de vertu, une entreprise de démolition est à la manœuvre qui a pour objet d’aider la Turquie à faire table rase de son passé le plus inavouable. Pourtant, le 24 mai 1915, un mois exactement après le début des massacres, les grandes puissances, France, Angleterre, Russie prévenaient les Jeunes-Turcs qu’ils auraient à répondre personnellement de ce « crime contre l’humanité et la civilisation » une fois les hostilités terminées. Pourtant, les mémoires de l’ambassadeur Morgenthau, les rapports secrets du pasteur allemand Lepsius, le livre bleu britannique de Lord Bryce et de l’historien Arnold Toynbee, les correspondances du vicaire romain Monseigneur Dolci, les rapports du ministre des affaires étrangères russe Sazonov, Sir Winston Churchill, Lloyd George, Clémenceau, Anatole France et tant d’autres, ont dénoncé en temps réel l’extermination systématique du peuple arménien.

Pourtant, le 17 décembre 1915, le chancelier allemand Bethmann-Hollweg repoussait l’idée d’une condamnation publique de son allié arguant que « ... notre seul objectif est de garder la Turquie de notre côté jusqu’à la fin de la guerre, que les Arméniens périssent ou pas », avouant ainsi en creux sa connaissance de l’extermination en cours. Pourtant, les trois Pachas Talaat, Enver et Djemal et plus d’une centaine de bourreaux furent jugés par devant trois cours martiales turques de Constantinople sur ordonnance impériale du Sultan Mehmed VI et une quinzaine condamnés à mort après huit audiences étalées entre 1919 et 1920. Pourtant, au fil des années, plusieurs dizaines d’états et de parlements nationaux reconnaîtront le génocide des Arméniens et en cette année 2015 le président allemand avouera la culpabilité partagée du IIe Reich dans sa perpétration.

Ainsi, regorgeant de témoignages, archives et autres preuves accablantes de sources innombrables, la réalité historique de l’anéantissement méthodique et planifié des Arméniens pour des raisons racistes, ethniques et religieuses ne peut être sérieusement contestée d’autant que rien n’est plus décisif que l’éradication corps et biens du peuple arménien, il y a un siècle, de ses sept provinces historiques.

En outre, forgé en 1943 par le juriste juif polonais Raphaël Lemkin en se fondant sur la typologie précise de cette extermination, le néologisme « génocide » apparaîtra avec l’adoption à Paris le 9 décembre 1948 de la « Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide », crime imprescriptible, intemporel et universel. Cette même année, « La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme » se voudra un idéal commun à atteindre pour tous les peuples et états de la planète sans exception et son préambule y précise particulièrement que « la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme conduisent à des actes de barbarie qui révoltent la conscience humaine ».

En 1950, « la Convention Européenne des Droits de l’Homme » (CEDH), mettra en exergue la sauvegarde et le développement des libertés fondamentales au nom de la dignité et la valeur humaines. La CEDH sera chargée de veiller à son respect sur la base d’une trentaine d’articles et protocoles additionnels dès 1959.

C’est dans ce contexte historique et juridique qu’un agent propagandiste de l’état turc Dogu Perinçek tiendra trois conférences en 2005 dans les cantons de Zurich, Berne et à Lausanne « niant le génocide arménien en 1915 », affirmant que « le problème arménien n’avait jamais existé » et que « les allégations de génocide arménien étaient un mensonge international ».

Au demeurant, suite à la plainte de l’association Suisse-Arménie, les tribunaux suisses le condamneront logiquement le 9 mars 2007, puis le 13 juin 2007, pour propos racistes et nationalistes sur la base de l’article 261 bis alinéa 4 qui sanctionne quiconque porte atteinte à la dignité humaine en raison de sa race, sa religion ou son appartenance ethnique, nie ou minimise un génocide ou un crime contre l’humanité. C’est dans ces conditions que le commis-voyageur Perinçek fera appel auprès de la CEDH qui, une première fois en chambre simple lui donnera raison le 17 décembre 2013 et une seconde fois en grande chambre le 15 octobre 2015 au motif identique d’atteinte à l’article 10 relatif à la liberté d’expression, alors même que l’alinéa 2 dudit article 10 stipule que la liberté d’expression peut être soumise à certaines conditions, restrictions ou sanctions qui constituent des mesures nécessaires à la défense de l’ordre public, de la prévention du crime ou de la morale, alinéa que la Cour de Strasbourg n’a pas daigné retenir, bien au contraire.

La matrice argumentaire de cette décision ambivalente et approximative est scandaleuse en ce que les juges la fondent sur une somme de motifs hasardeux, indigents et insincères pour condamner la Suisse.

En effet :
• En premier lieu ils arguent qu’en l’absence de troubles à l’ordre public, rien ne justifiait la condamnation du Sieur Perinçek. Cette invitation surprenante au désordre, faite aux Arméniens pour obtenir gain de cause préalablement au dépôt d’une plainte, feint d’ignorer le combat incessant que mène le peuple arménien depuis des décennies contre le négationnisme turc !

Ils ajoutent qu’en l’absence de liens historiques, géographiques et humains, rien n’obligeait la Suisse à condamner Perinçek, rejetant ainsi le caractère universel de la défense des droits de l’homme dont la Suisse ne saurait être exclue, elle qui dénonçait les atrocités turques pendant leur déroulement dès 1915 !

Au surplus, la Cour indique que sa décision aurait pu être différente en fonction du lieu géographique où les discours auraient été tenus. Or, en la circonstance, il s’agit d’évidence de propos négationnistes dont la Suisse avait à connaître parce qu’ils avaient été tenus sur son sol, parce qu’ils portaient sur un crime universel, imprescriptible et intemporel et qu’ils attentaient aux principes de la morale et de la mémoire par la violence faite à 1,5 million de femmes, vieillards et enfants, innocents et inoffensifs, sans qu’à ce jour justice leur soit rendue.

C’est pourquoi la révélation d’une justice à la carte telle que suscitée par une Cour qui fait fi des conventions internationales sans se préoccuper des victimes nous laisse désemparés !

• En second lieu, la Cour déclare son incompétence pour qualifier l’extermination des Arméniens de « génocide », sauf qu’en donnant droit aux propos négationnistes de Perinçek au nom de la liberté d’expression, la Cour lui concède implicitement que le génocide arménien n’a pas existé et qu’elle assimile ses propos à de simples et banales opinions sans conséquence, ce qui est loin d’être le cas.

La Cour n’a par contre aucune difficulté pour préciser en quoi la négation du génocide juif doit être réprimée, lui et lui seul, catégorisant et stigmatisant ainsi les victimes de génocides qu’elles soient grecques, assyro-chaldéennes, tziganes, rwandaises ou arméniennes, en hiérarchisant leurs souffrances, ce qui relève d’une discrimination indécente, amorale, pour tout dire ignoble !

On aimerait qu’enfin la maison Israël mette un terme à son silence assourdissant !

• En troisième lieu, en prétendant que Perinçek n’a pas offensé la dignité des Arméniens en niant le génocide arménien de 1915, alors que cela fait un siècle que les rescapés et leurs enfants sont humiliés, trahis, touchés dans leur chair, de génération en génération, par une justice qui se refuse, la Cour de Strasbourg a laissé, encore une fois, passer l’occasion de rétablir la vérité sur cette boucherie restée sans coupables, dire la haine raciale qui l’a déclenchée et restituer leur honneur aux Arméniens.

• En quatrième lieu, en donnant droit à Perinçek lorsqu’il qualifie le génocide arménien de mensonge international, la Cour présente la Turquie comme la victime des fausses accusations de l’Uruguay en 1950, de Chypre en 1982, de la Chambre des Représentants des USA en 1984, de la Sous-Commission des droits de l’homme de l’ONU en 1985, du Parlement Européen pour la première fois en 1987, de la Douma Russe en 1995, du Parlement grec en 1996, du Sénat belge en 1998, du Parlement de Suède, du parlement libanais et du parlement italien en 2000, de la France en 2001, du Conseil National Suisse en 2003, de l’Argentine, des Pays-Bas, de la Slovaquie et du Canada en 2004, de la Pologne, du Venezuela, de la Lituanie et du parlement européen pour la deuxième fois en 2005, du Sénat chilien, de la commission des affaires étrangères des États-Unis d’Amérique en 2007, des parlements d’écosse, d’Irlande du Nord, de Catalogne et de Suède en 2010, du parlement bolivien et de la Syrie en 2014, du Pape François, du président allemand, du parlement autrichien, du parlement européen pour la troisième fois, de la chambre des députés du Luxembourg, du Sénat brésilien, du parlement belge, du parlement latino-américain représentant 23 pays d’Amérique Latine en 2015, sans oublier Raphaël Lemkin en 1943 et le sénateur de l’Illinois, un certain Obama qui seraient tous des affabulateurs « en réunion » ligués contre une Turquie innocente, alors même qu’il faut rappeler ici que trois cours de justice militaire turco-ottomane ont condamné à mort les tortionnaires dès 1919 pour crime de masse envers le peuple arménien, en tête desquels figure le héros national Talaat Pacha !

La Cour aurait dû accéder aux minutes de ces procès très documentés par la commission d’instruction « Mazhar » afin de prononcer son jugement en toute connaissance de cause, ce qu’elle s’est gardée de faire.

Elle aurait ainsi évité une décision scélérate qui constitue ni plus ni moins qu’une apologie de négationnisme en ce qu’elle victimise les bourreaux et offre à la Turquie le droit de dénoncer les « accusations mensongères » dont elle ferait l’objet depuis 100 ans, ce dont elle ne se privera pas ! Force est de constater qu’en donnant droit aux propos négationnistes de Perinçek, la Cour a sanctifié le déni du génocide arménien par la Turquie tout en déclarant son incompétence à qualifier cette période de l’histoire... Cela fait beaucoup de bassesse de la part d’une juridiction européenne majeure en charge de dire le Droit sans savoir ce qu’il s’est passé en Turquie en 1915.

Nous conviendrons donc que la Cour Européenne des Droits de l’Homme en charge de veiller à l’application de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, a failli lâchement l’année même de la commémoration du centenaire du génocide arménien, ce qui constitue en soi une offense à la dignité des Arméniens doublée d’une provocation qui confine au mépris et à vrai dire à un sacrilège envers leurs Saints Martyrs. Ce n’est pas tout...

En recevant en coulisse, 48 heures avant le jugement, le président de la Cour constitutionnelle turque, venu vraisemblablement constater la conformité de la décision à ses attentes, en présence de la juge turque partie prenante au procès, la Grande Chambre a également porté atteinte à la dignité des Arméniens et gravement bafoué pour le moins l’éthique de la Cour et au pire son intégrité. La démonstration est ainsi faite que l’on peut légalement au nom de la liberté d’expression, tenir des propos négationnistes générateurs de haine, défigurer le passé, rajouter aux blessures, accabler les victimes et leurs descendants, les traîner dans la boue et bénéficier de décisions judiciaires effrayantes dans le seul but de protéger les intérêts stratégiques des états et perpétuer la vie des affaires.

Car d’évidence cette parodie de justice, point de rencontre entre deux barbaries, d’un côté celle des dépeceurs et de leurs héritiers, de l’autre celle des dix chafouins habillés de droit, serves des états qui les nomment, concourt à l’œuvre d’effacement de toute trace de l’abomination faite au peuple arménien qui entache l’image féerique de la Turquie. L’inconsistance juridique et la perfidie des conséquences de ce jugement, présente toutes les caractéristiques d’une initiative politique mise en scène par Dogu Perinçek, personnage puissant et retors en mission, docteur en droit, fondateur de revue, proche du milieu ultranationaliste Ergenekon, président du parti des travailleurs turcs et président du comité Talaat.

À quelques jours d’élections cruciales, cette forfaiture est une aubaine offerte au Sultan Erdogan de dresser son opinion publique contre les Arméniens et les Kurdes en attendant que l’Europe lui ouvre grandes ses portes et ses caisses, sans reconnaissance préalable d’un génocide qui n’aurait jamais existé. L’allégeance de la chancelière partie à Canossa précipitamment au Palais des Mille et Une Nuits d’Aksaray pour retirer la question de la reconnaissance du génocide arménien du Bundestag est édifiante.

Il restera que ce déni de droit est un naufrage de l’Europe, vassale de l’OTAN qui, sur les consignes de Washington, participe de cette opération de déminage pro-turque à un niveau de collusion sans précédent.

Insensible aux douleurs du peuple arménien laissé sur le carreau depuis 1923, ce verdict est une imposture juridique et morale aggravée par une falsification historique à visée révisionniste auxquelles sept juges n’ont pas voulu prêter leurs noms en avalisant cette triple peine séculaire : le génocide arménien, sa négation et une justice confisquée. « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir. » *

Armand SAMMELIAN
Octobre 2015


* « Les Animaux malades de la peste » Jean de La Fontaine.

Hastert to Plead Guilty of Sexual Abuse



Hastert to Plead Guilty of Sexual Abuse,

Yet US Still Covers up Turkish Blackmail




By Harut Sassounian
Publisher, The California Courier
www.TheCaliforniaCourier.com

This week, former House Speaker Dennis Hastert is expected to plead guilty to the charge of making secret payments to buy the silence of boys he had sexually abused when he was a high school wrestling coach. This plea deal with federal prosecutors would seal his court records, thus hiding from the public the details of the evidence against him.

Ever since 2005 when former FBI translator Sibel Edmonds exposed corruption at the highest levels of the US government, concerned citizens have been waiting impatiently for law enforcement officials to look into her shocking revelations.

Given the regrettably long silence by Washington and the mainstream US media, I believe it is time to expose once again the scandalous cover up of the claims that Turkish groups had bribed Speaker Hastert.

Philip Giraldi, former CIA officer and Executive Director of the Council for the National Interest, published in The American Conservative last week the sinister details of foreign governments blackmailing Speaker Hastert.
 
Edmonds was fired from her FBI position after revealing to her superiors the penetration of US government entities by Turkish agents “who were seeking to influence U.S. foreign policy while sometimes engaging in illegal activity,” according to Giraldi. “The scope of the corruption allegedly involved bribery of senior government officials and congressmen, arranging for export licenses to countries that were embargoed, and the exposure of classified information,” Giraldi wrote.

In a 2009 deposition, Edmonds explained that Hastert was “one of the primary U.S. persons involved in operations and activities that are not legal, and they’re not for the interest of the United States but for the interest of foreign governments and foreign entities.” She described Hastert’s wrongdoing as: “The acceptance of large sums of bribery in forms of cash or laundered cash and laundering it to make it look legal for his campaigns, and also for his personal use, in order to do certain favors and call certain -- call for certain actions, make certain things happen for foreign entities and foreign governments’ interests, Turkish government’s interest and Turkish business entities’ interests.”

During the deposition, Edmonds was asked: “Did you have reason to believe that Mr. Hastert, for example, killed one of the Armenian genocide resolutions in exchange for money from these Turkish organizations?” She responded: “Yes, I do…. Correct… and not only taking money, but other activities, too, including being blackmailed for various reasons.” After retiring from the House of Representatives, Hastert worked for the Washington firm of Dickstein Shapiro as a registered lobbyist for Turkey.

Edmonds also revealed during her deposition that Hastert “used the townhouse [in Chicago] that was not his residence for certain not very morally accepted activities. Now, whether that was being used as blackmail I don’t know, but the fact that foreign entities knew about this, in fact, they sometimes participated in some of those not maybe morally well activities in that particular townhouse that was supposed to be an office, not a house, residence, at certain hours, certain days, evenings of the week. So I can’t say if that was used as blackmail or not, but certain activities they would share. They were known.”

Edmonds told congressional investigators that on FBI phone recordings Turkish individuals boasted of their secret relationship with Hastert. “They discussed giving him tens of thousands of dollars in clandestine payments in exchange for political favors and information. Many of the transcripts involved a suspect at the city’s Turkish Consulate, as well as several members of the American-Turkish Council and the Assembly of Turkish American Associations, business entities that some FBI agents believed served as occasional covers for organized crime. Some calls appeared to be referring to drug shipments and other possible crimes,” Giraldi wrote.

“Edmonds noted that the phone taps contained repeated references to Hastert’s volte face [change of position] in the fall of 2000 over the campaign to have Congress designate the killings of Armenians in Turkey between 1915 and 1923 a genocide. In August 2000, Speaker Hastert declared that he would support the resolution and send it to the full House for a vote. The resolution, vehemently opposed by the Turks, did indeed pass in the International Relations Committee by a large majority. Then, on October 19, shortly before a full House vote, Hastert withdrew it…. A senior official at the Turkish Consulate indicated in one recorded conversation that the “price for convincing Hastert to withdraw the genocide resolution would be at least $500,000,” Giraldi reported in his article.

Fifteen years later, the American public is still waiting for the US government to investigate the serious allegations of Turkish bribery and blackmail of Speaker Hastert!

H.S.

*********

Notes E&O: for further lecture on Hastert case see also

samedi 3 octobre 2015

Réflexions sur l'actualité syrienne

Réflexions sur l'actualité syrienne


Roger Akl
01.10.2015 

Ils sont drôles, les Français et les Américains avec leurs doutes supposés ; ils ont eux-mêmes avoué qu'ils n'ont pas pu organiser et former d'opposition modérée en Syrie, sauf cinq personnes ! Quant à leurs attaques contre Daëch, il nous est permis d'en douter après un an d'échecs et des protestations irakiennes qu'au lieu de bombes ils parachutent des armes à Daech. Enfin, ils interviennent en Syrie illégalement, car sans décision de l'ONU ou permission du gouvernement Syrien.

En fait, Poutine agit suivant la loi internationale tandis qu'Américains et Français et autres alliés et protégés sont en train de la violer. De plus, quand on parle de tyran en Syrie et qu'on vend des Rafale et autres armes aux Saoudiens, tyrans par excellence chez eux, financiers de terroristes ailleurs et génocidaires au Yémen, c'est agir comme le type qui "veut enlever la paille de l'œil d'Assad alors qu'il ne voit pas la poutre qui est dans le sien".

Arrêtez donc, messieurs les dirigeants de France et des EU, de tromper vos peuples et de les mettre en danger de voir arriver chez eux des millions de réfugiés avec, parmi eux, des milliers de jihadistes, à cause du fait que vous voulez satisfaire à la fois les wahhabites pétroliers et turcs et les Israéliens.

Votre seule solution pour sauver l'Europe, c'est de participer avec les Russes à appuyer la seule armée qui peut battre les jihadistes et c'est l'armée syrienne, formée d'au moins 80% de sunnites, qui ne trouvent pas, eux, que leur Président est un tyran, tyran d'ailleurs, qui a trois fois plus de popularité en Syrie que n'a le "Président démocrate" Hollande, en France.


Quant aux Libanais, sachez que, sans le retour des réfugiés syriens dans leur pays, le Liban n'existera plus du tout comme État. Regardez la pagaille d'aujourd'hui et dites-vous bien qu'elle n'est rien à côté du chaos qui suivrait si la Syrie ne retrouvait pas la paix, l'unité et le calme.

C’est aussi ce qui arrivera aux Européens, si leurs gouvernements poursuivaient leur politique actuelle et ne s’alliaient pas aux Russes pour détruire les rebelles syriens, tous les rebelles, car ils sont tous jihadistes, takfiristes et terroristes, malgré ce que l’on vous susurre à l’oreille.
 
Quant à la situation politique libanaise désastreuse, sans une nouvelle élection du parlement à la proportionnelle, avec tout le Liban comme circonscription unique, il n'y a point de salut, à moins que le Président de la République ne soit élu directement par le peuple.

 ***

Lire aussi le livre de François Belliot, Guerre en Syrie

Certains veulent utiliser les réfugiés pour affaiblir l'Europe

"Certains veulent utiliser les réfugiés pour affaiblir l'Europe"
Donald Tusk


Sopot (Pologne), 2 oct 2015 (AFP) -


Le président du Conseil européen Donald Tusk a affirmé vendredi que l'afflux de réfugiés vers l'Europe était utilisé par certains dirigeants étrangers - qu'il n'a pas nommés - pour affaiblir politiquement l'Union européenne.

"Pour la première fois depuis que je fais de la politique, j'ai entendu des hommes politiques ouvertement déclarer que les réfugiés qui se dirigent vers l'Europe sont leur méthode pour imposer à cette dernière certains comportements", a dit M. Tusk, intervenant au cours d'un forum européen à Sopot, sur la côte polonaise de la Baltique.

"Certains disent que c'est leur méthode pour affaiblir l'Europe en tant qu'organisme politique", a poursuivi le président du Conseil européen, invitant à en "tirer les conclusions qui s'imposent".

Auparavant, il a critiqué "les solutions militaires proposées par certains États en Syrie" qui risquent, selon lui, de "pousser les huit millions de Syriens déplacés à l'intérieur de leur pays à quitter leur patrie".

Il a ensuite mentionné "l'engagement militaire de la Russie, l'engagement militaire et politique de l'Iran et l'engagement de plus en plus clairement évoqué de la Chine".

"Les réfugiés sont devenus un élément de la confrontation politique et parfois, dans les mains et dans l'esprit de certains hommes politiques, ils deviennent un élément de marchandage, voire un nouvel élément de la guerre hybride dont on a vu les premiers signes en Crimée et dans le Donbass", en Ukraine, a encore dit M. Tusk.

"Je ne parle pas uniquement de la Russie", a-t-il précisé.

Le terme de "guerre hybride" avait été utilisé pour décrire le conflit armé dans l'est de l'Ukraine, auquel la Russie est accusée par Kiev et les Occidentaux de prendre part par des moyens détournés, des militaires sans appartenance déclarée à une armée, des opérations de forces spéciales, une offensive de propagande et des manoeuvres aux frontières.

Tout en réaffirmant la vocation de l'UE à accueillir les réfugiés fuyant la guerre, M. Tusk a mis en garde contre la réapparition de "murs" aux frontières oubliées à l'intérieur de la zone Schengen.


"Aujourd'hui, nous ne décidons pas qui entre en Europe. Ce sont les passeurs, la détermination des gens et même la météo en Méditerranée qui le décident", a-t-il dit.


Enfin, M. Tusk a trouvé une raison d'être optimiste dans le fait que les réfugiés vont vers l'Europe car ils y voient le lieu ils seront bien traités, où ils pourront bâtir un avenir meilleur pour leurs enfants.